Reconnaissance RNCP ou ICF ?

Le RNCP est une décision de l’administration française qui consiste à faire figurer le coaching au répertoire national des certifications professionnelles et permettre aux organismes choisissant cette filière de positionner leur formation comme équivalente à un niveau universitaire.

Tout ce qui va dans le sens d’une professionnalisation de ce métier est une bonne chose dont l’ensemble de la profession se réjouit. Le problème est que cette initiative est parfois détournée de son sens et de sa portée réelle par certains organismes qui en font un pur argument marketing utilisé sur toutes les pages pour donner à penser que ce choix est le seul possible et qu’avec ce titre la carrière d’un coach et sa réussite sont assurées, ce qui n’est pas cas.

Trois points sont souvent mis en avant de façon tendancieuse :

1. La qualification RNCP est présentée par certains des organismes qui en font leur argument principal, comme fournissant une équivalence bac + 5. (Appelée Catégorie I dans la nomenclature administrative française).
Ce n’est plus vrai.
La première vague d’accréditation RNCP permettait en effet de se prévaloir d’un équivalent d’un bac + 5. Puis les pouvoirs publics ont revu cette équivalence à la baisse  pour celle d’un bac + 3 ( ce qui s’appelle Niveau II dans ce cadre ), voir ci-dessous le texte de l’administration.
Les organismes qui avancent l’argument d’un bac + 5 sont bien placés pour le savoir, même si l’information diffusée par certains sur ce point précis n’est pas toujours très claire.

Référence site CNCP sur le coaching :
http://www.cncp.gouv.fr/actualites/information-sur-les-certifications-concernant-les-activites-de-coaching

Information sur les certifications concernant les activités de coaching

Depuis quelques années, la Commission connait une demande croissante pour l’enregistrement de certifications de coach professionnel comme en témoigne le nombre de certifications aujourd’hui enregistrées et visant les compétences permettant l’exercice de ce métier.
Dès les premières demandes déposées en 2015, la Commission a diligenté une première expertise visant à fixer des indicateurs et critères permettant d’analyser ces demandes de manière homogène et en mettant l’accent sur les données d’insertion correspondant la plupart du temps à des cadres d’emploi en émergence.

Dans le cadre de sa mission visant une meilleure lisibilité de l’information, elle a retenu le principe d’une harmonisation des intitulés pour celui de « Coach professionnel » et préconisé au regard de la description des activités de ce métier, le principe d’un enregistrement au niveau II lorsque les demandes remplissaient l’ensemble des critères habituels de la Commission.

Les premières certifications enregistrées avant ce travail d’analyse approfondi, qui ont parfois fait l’objet d’un enregistrement au niveau I, sont bien évidemment amenées à être reclassées au niveau II.

2. Cette équivalence serait censée assurer la réussite des coach concernés.
En réalité, il existe  2 cas de figure possibles :

• Ou vous possédez déjà un bac +3 ou d’avantage et vous voir attribuer une équivalence pour un niveau universitaire que vous possédez déjà ne vous apportera rien de plus.

• Ou ce n’est pas le cas et ce n’est pas en mettant cette équivalence en avant  que vos  vos futurs clients vous choisiront. Ce n’est d’ailleurs pas ce qu’ils viennent chercher.

Ce qui permet la réussite d’un coach passe principalement par sa capacité concrète à faire la démonstration professionnelle de sa compétence ainsi que par l’intelligence de son positionnement.
Cette équivalence ne garantit pas plus votre réussite, que le diplôme d’état des beaux-arts ne garantit à un peintre qu’il trouvera des clients à la sortie pour acheter ses toiles.

3. Cette reconnaissance est parfois présentée comme la seule intéressante, alors qu’il en existe d’autres de qualité également
Cette façon de présenter les choses s’accompagne souvent d’un discours commercial  intimidant qui donne à penser que c’est le seul choix possible et que tout autre ne pourrait être qu’une erreur.

En réalité il existe d’autres reconnaissances de qualité dans le monde du Coaching qu’il est de votre intérêt de connaître pour pouvoir faire un choix informé. C’est notamment le cas de celle de la Fédération Internationale des Coachs ( ICF), l’organisation professionnelle la plus connue dans le monde du coaching.

L’international Coach Federation (ICF) est la première et la plus importante fédération mondiale de coaching, avec environ 30.000 membres dans le monde: Elle est née en 1995 aux États-Unis et se trouve à l’origine de la reconnaissance et de la professionnalisation de ce métier aux États-Unis, en Europe, en Asie et dans plus de 120 pays aujourd’hui.

Pour répondre au développement rapide du métier de coach qui requiert des compétences professionnelles spécifiques, ICF s’est donné pour mission « de construire et soutenir la profession du coaching et de préserver son intégrité » grâce à :

  • Un code d’éthique et de déontologie et un référentiel de compétences qui font autorité dans le monde du Coaching.
  • Une procédure rigoureuse de certification des coachs au niveau international.Une accréditation des écoles de coaching en fonction de critères de qualité clairs et exigeants.
  • Une activité de recherche sur l’évolution des métiers du coaching.
  • Un réseau international puissant.

Nous avons fait ce choix de la filière ICF

Pourquoi ?
Parce que l ‘Institut est depuis sa conception un organisme international, ce qui nous a conduit logiquement à privilégier la reconnaissance ICF, internationale elle aussi, en plus de notre propre diplôme.

L’accréditation ICF est considérée comme LE standard de compétence de référence qui fait l’unanimité dans tous les pays où le coaching est présent et qui vous apporte une reconnaissance internationale et nationale indiscutable.

Quand aux interventions dans le monde de l’entreprise, toutes les grandes organisations sont de culture managériale anglo-saxonne, quelle que soit leur origine. Elles préfèrent opter une bonne fois pour une qualification internationale, plutôt que pour des qualifications locales qui leur demandent chaque fois de réajuster leurs critères de choix.
Vous serez donc directement opérationnel dans ce domaine aussi, comme en témoignent les nombreux coachs  formés à l’Institut.

Le référentiel de compétence sur lequel repose la formation MasterCoach  est celui d’ICF. La majorité des enseignants de cette formation sont accrédités par ICF. Les critères concernant le nombre d’heures et la supervision sont également ceux édictés par ICF.

Si au bout de votre parcours de formation, vous voulez plus que le diplôme de l’Institut, vous serez bien placé pour être accompagné dans la démarche complémentaire pour obtenir  la qualification ICF, comme nous le faisons depuis des années, avec, à ce jour, un taux de réussite de 100%.

Il n’y a donc aucune raison d’opposer ces 2 voies ni de dévaloriser celle d’ICF, alors qu’elle rallie la majorité des professionnels du coaching.

Ce vis-à-vis de quoi nous restons vigilants, par contre, avec la collaboration de la plupart de nos confrères, ce sont les tentations d’imposer des vérités uniques auto-proclamées qui voudraient, selon les époques, que le coaching ne puisse se comprendre que d’une seule façon, ou qu’il ne trouve sa place que dans un seul domaine, ou qu’il ne peut être enseigné que d’une seule manière, ou encore faire l’objet d’une seule qualification, etc…

…alors qu’en réalité, il existe une pluralité de pratiques et de conceptions  de qualité et qu’au final, la meilleure formation, c’est celle qui correspond le mieux à votre projet, à vos besoins et votre personnalité.

La formation professionnelle Internationale Certifiante entièrement à distance de MasterCoach ICI

Dispensée depuis près de 20 ans dans 24 pays avec accès possible à la qualification professionnelle ICF (International Coaching Federation)

Les gros avantages de la formation à distance

  • efficacité pédagogique
  • économie de temps et d’argent
  • meilleure opérationalité